Loading

PARTAGEZ !

Retrouvez-nous sur Facebook


Signez la Déclaration Universelle sur les Archives ! Cliquez sur le logo ci-dessus.
Pétition contre le projet européen sur les données personnelles
Pétition pour la révision de la recommandation 2012-113 de la CNIL
Pétition pour la gratuité des AD 16
Non à la privatisation du domaine public par la BNF !
Demande de mise en ligne de l'état-civil de la Haute-Vienne
Inscrivez votre site
Flèche haut Flèche bas

ARCHIVES EN DANGER

Les articles de presse de cette rubrique nous mettent en garde sur les menaces qui pèsent sur nos archives. Cliquez sur les liens en bleu.

A nous de nous mobiliser pour que ces menaces ne soient plus que du passé !

Autorisation de transfert des archives vers Madagascar

Séance plénière du 24 novembre 2011

Autorisation accordée à la société Notrefamille.com pour transférer des documents d’archives publiques contenant des données à caractère personnel vers Madagascar et l’île Maurice, et diffuser ces documents sur son site internet

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Bernard HERROU (dimanche, 08 janvier 2012 18:53)

    La C.N.I.L Présidée par Mme Isabelle FALQUE PIERROTIN s'est rendue coupable d'une infraction à la vie privée, infraction à :
    L'Article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme
    1. Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.
    2. Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.
    Et à l'article 12 de la Déclaration Internationale des Droits de l'Homme
    Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à
    son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles
    atteintes.
    C.N.I.L. Protéger les citoyens
    La mission essentielle de la CNIL est de protéger la vie privée et les libertés dans un monde interconnecté.
    C'est oublié
    Les Cercles de Généalogie qui ne donnent pas leurs relevés à Notre-Famille.com, n'ont pas été consulté.
    La riposte est que chacun d'entre-nous envoie une lette recommandée à la Président de la C.N.I.L. Mme Isabelle FALQUE-PIERROTIN
    Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés
    8, rue Vivienne
    CS 30223
    75083 Paris cedex 02
    Pour lui rappeler la mission essentielle de la C.N.I.L. À laquelle elle a failli en violant l'Article 8 de la Convention Européenne des Droite de l'Homme et l'Article 12 de la Déclaration Internationale des Droits des Humains.
    Cette autorisation a «été accordée lors de la séance plénière du 24 novembre 2012, révélée par Guillaume de Morant (Revue Française de Généalogie) et rapportée par Archives Libres et Gratuites :
    http://www.archivespubliqueslibres.com/
    Avec mes amitiés
    Bernard Herrou

  • #2

    DEBEST (samedi, 21 janvier 2012 09:35)

    La seule réponse possible sera d'appeler au Boykott des offres payantes, et à la solidarisation des généalogistes bénévoles, qui ont déjà fait le gros du travail.

  • #3

    archivespubliqueslibres (samedi, 21 janvier 2012 11:11)

    Tout-à-fait d'accord qu'il faut boycotter les offres payantes.

    La mise en place de la base de données des sites gratuits va en ce sens également car elle permet justement de lister tous les sites gratuits qui permettent de retracer l’histoire de nos familles, de partager nos informations et quelquefois même de trouver des informations gratuites relevées par des particuliers ou des associations, les mêmes informations qui sont quelquefois payantes par ailleurs. Si tout le monde joue le jeu, cette base de données va s’enrichir et tout le monde pourra y trouver ce qu’il cherche GRATUITEMENT.

    MAIS CELA NE SUFFIT PAS ! Si nous nous contentons juste de boycotter, un jour l’accès aux archives et à toutes les données qui n’auront pas été relevées deviendra payante et ce n’est pas acceptable. C'est MAINTENANT qu’il faut réagir et c’est pour cela, qu’il y a bientôt un an, nous avons créé Archives Publiques Libres :

    - pour nous faire entendre et faire part de nos craintes aux différents intervenants (organismes consultatifs, politiques, etc…) en leur témoignant notre mécontentement, pour faire bouger les choses car nous sommes nombreux à utiliser les archives : les généalogistes, mais aussi les historiens, les archivistes, les étudiants etc...

    Nous sommes suffisamment nombreux pour faire valoir nos droits et la période électorale tombe à pic.

    - pour appeler à la mobilisation en affichant les badges ou affiches disponibles dans la rubrique « moyens d’actions ».

    - parce qu’il n’est pas question de subir sans rien dire. Je renouvelle notre appel pour trouver des volontaires qui nous souhaitent nous aider de manière ponctuelle pour rédiger des courriers aux intervenants ou des commentaires sur différents sites.

    Parce nous pouvons faire bouger les choses et cela passe comme vous le dites par la solidarité des utilisateurs des Archives.

    Alors réagissons tant qu’il en est encore temps ! Cf la rubrique « Moyens d’Actions » - « Nos actions » ou « Faire des relevés ». MOBILISONS NOUS !
    Bon week-end à tous.
    Christine

Des pans entiers de l'état civil vont passer aux mains du privé

Article paru sur le Figaro - Par Delphine Chayet  - 22/10/2008

 

Grâce à Internet, les recherches généalogiques connaissent un essor spectaculaire. De quoi aiguiser les appétits pour l'accès aux archives publiques. 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    archivespubliqueslibres (lundi, 13 juin 2011 17:55)

    Jean Louis DARRIÈRE (lundi, 28 février 2011 10:17)

    De l'intérêt de procéder le plus rapidement et en y mettant les moyens adaptés, à la numérisation informatique de toutes les pièces d'archives et d'en multiplier l'accès public libre à tous : cela évitera toute tentation de marchandiser quelque chose qui est disponible librement à tous (où serait alors l'intérêt d'en proposer une version payante ? ) et d'en assurer une protection multiple.

  • #2

    archivespubliqueslibres (lundi, 13 juin 2011 17:56)

    Christine MASSARDIER (lundi, 28 février 2011 12:48)

    Je rappelle le lien dans Témoignages - Relevés des communes de Vendée : Dominique PÉNISSON propose un outil gratuit pour effectuer cette tâche.
    N'hésitez pas à le contacter si vous êtes intéressés.

  • #3

    DEBEST (samedi, 21 janvier 2012 09:34)

    Tout à fait d'accord avec le premier commentaire.

Un projet de loi veut réviser le dépôt des Archives Communales

Les archives des plus petites communes seraient elles en danger ?

C'est ce que laisse craindre la lecture d'un projet de loi.

11/02/2011 par Guillaume de Morant.

Écrire commentaire

Commentaires : 0