Loading

PARTAGEZ !

Retrouvez-nous sur Facebook


Signez la Déclaration Universelle sur les Archives ! Cliquez sur le logo ci-dessus.
Pétition contre le projet européen sur les données personnelles
Pétition pour la révision de la recommandation 2012-113 de la CNIL
Pétition pour la gratuité des AD 16
Non à la privatisation du domaine public par la BNF !
Demande de mise en ligne de l'état-civil de la Haute-Vienne
Inscrivez votre site
Flèche haut Flèche bas

mar.

25

janv.

2011

Le blog

Si votre message est d’ordre général sur la réutilisation et/ou la gratuité des archives et qu'il n’a pas de rapport direct avec les articles en ligne dans les autres rubriques, ce blog est à votre disposition. 

Lire la suite 2 commentaires

Écrire commentaire

Commentaires : 15
  • #1

    Françoise E. (vendredi, 01 avril 2011 11:51)

    - J'ai toujours dit que j'étais contre le fait de devoir payer des actes, photos, relevés, que ceci était du patrimoine donc DOIT être donné, échangé, offert GRATUITEMENT. Par paiement, j'entends aussi devoir adhérer ou payer par des points des renseignements engrangés par des bénévoles sur leur temps de loisir et à leur frais. Car je pense que c'est le début du commencement pour faire accepter aux chercheurs, généalogistes amateurs l'idée d'un marché de la généalogie.
    D'autre part, ce problème est semblable à celui d'autres services publics : nos impôts vont payer la numérisation, la conservation, la restauration. Et des sociétés privées se feraient de l'argent sur ce qui rapportera pour elles et leurs actionnaires : la généalogie.
    Pour le reste, ce sera toujours fait avec nos impôts sachant que là aussi les moyens diminuent en personnel qualifié et moyens financiers.
    - Il y a de véritables trésors dans les services d'archives, C'est pourquoi j'ai créé un site pour y montrer que l'on peut aller plus loin dans la connaissance de ce que j'aime dans ma région grâce aux archives.
    Sur la page patrimoine, j'y ai mis une sorte de profession de foi que je recopie ici :
    "Notre patrimoine, c'est ce qui nous entoure et que nous aimons.
    C'est un chemin dans la campagne, un pont sur une rivière. C'est une chanson dans la cour d'une école, une flûte qui répète un air de danse, une fête sur une place.
    Notre patrimoine, c'est ce qu'ont vécu ceux qui sont venus avant nous, ce qu'ils ont construit, ce qu'ils ont ajouté génération après génération, ce qu'ils ont puisé en eux ou ce qui venait d'ailleurs.
    Notre patrimoine, c'est ce qui nous a marqué au point de s'inscrire en nous aussi, Cela peut être aussi une façon de s'habiller, de marcher, de se comporter.
    C'est aussi ce que nous redécouvrons en débroussaillant ou en creusant, c'est aussi ce qui avait été oublié.
    Notre patrimoine nous échappe aussi quand il devient patrimoine de l'Humanité et qu'il nous donne de nouvelles responsabilités.
    Car notre patrimoine est à nous sans nous appartenir : c'est celui de nos enfants, et de ceux qui arrivent et qui viendront après nous.
    Et ce que nous faisons aujourd'hui, ce que nous construisons, ce que nous faisons évoluer ou changer deviendra aussi du patrimoine. Préserver, transmettre, construire : c'est de notre responsabilité.
    - Et pour ce qui est des relevés que je fais aussi avec d'autres personnes, j'ai créé une liste qui permet de donner actes et photos gratuitement, mais pas de tout mettre sur le net pour éviter les pillages et les réutilisations commerciales.
    C'est ma position et j'y tiens.
    Françoise
    http://fr.groups.yahoo.com/group/Patrimoineetgenealogie-Aude/

    Françoise

  • #2

    BARIL (vendredi, 01 avril 2011 22:34)

    Deux idées majeures Françoise dans cette saine réaction pour la défense d'un libre accès pour tous à notre patrimoine archivistique.

    1 - Malheureusement le marché de la généalogie a été créé il y a longtemps et en plus par certaines associations qui ne se sont pas bien rendu compte de ce qu'elles faisaient en acceptant de "commercialiser" les relevés de leurs bénévoles. Les échanges de points c'était un écran de fumée pour ne pas heurter les consciences des bénévoles honnêtes.
    Comme on dit on a laissé le ver s'installer dans le fruit.
    Comme je l'ai déjà écrit ailleurs c'était une fausse bonne idée. Les associations perdaient des adhérents les plus jeunes qui se tournaient vers internet les forums et les accès gratuits en ligne et un des moyens pour maintenir leur survie a été de "vendre" le travail des bénévoles qui du coup ont pris un sérieux coup derrière la tête.
    Bien entendu la FFG ne les a pas mis en garde trop contente de voir rester un mouvement associatif avec de nouveaux moyens ... Plutôt que de mourir elle aussi faute d'associations c'était plutôt une aubaine !

    2 - Autre belle idée belle forte notre patrimoine est à nous sans nous appartenir.
    Le contraire de cette formule c'est : après moi le déluge ...
    Financement collectif par tous de la mise en valeur du patrimoine et privatisation de la généalogie. Et si cela doit passer par la mort des associations pas de problème car n'oublions pas qu'aujourd'hui que beaucoup de généalogistes nés du baby boom sont de la génération internet.
    Pour acheter aucun souci avec https !

    Naturellement si tout est en accès libre et que le sens du collectif refait surface avec la diversité des forums les échanges et ceci grâce à internet les marchands se voient couper l'herbe sous les pieds.

    Bien sûr ce combat n'arrange pas trop nos économistes libéraux car leur raison d'être s'écroule. Pourquoi payer pour ce qui pourrait s'échanger gratuitement ?
    C'est encore une fois le politique qui va devoir trancher, mais heureusement le politique c'est nous aussi !

    Claude BARIL



















































  • #3

    Bernard HERROU (mardi, 17 mai 2011 18:07)

    IL ne faut pas généraliser, de nombreux cercles de généalogies mettent à disposition leurs relevés, soit sur leur site, accessible aux adhérents, soit sur Geneabank, les adhérents des Cercles de Généalogie, membres de l'Association Geneabank ont accès aux données déposées par l'ensemble des cercles généalogie: Par exemple un adhérent de l'Entraide Généalogique du Midi Toulousain a accés aux relevés déposés par le C.G.des Côtes d'Armor, le C.G. de Franche-Comté. Certains cercles de Généalogie en liaison avec les Archives Départementales indexent les relevés d'état civil en indiquant par exemple pour une naissance Le Nom,Prénom, date de naissance, parents du nouveau né et page et n° d'enregistrement de l'acte de naissance dans le registre et c'est une chose qui devrait se généraliser dans les prochaines années. Une information a été publiée a ce sujet par les Archives Nationales avec appel aux volontaires.
    Avec mes amitiés
    Bernard Herrou

  • #4

    Michel Mériel (vendredi, 24 juin 2011 15:50)

    Bonjour,

    Je suis plutôt d'accord avec Claude. A ceci près que pour certaines associations, l'idée de faire de l'argent avec la vente des relevés était clairement assumée.

    Bernard, Geneabank aussi est une fausse bonne idée; d'un côté des bénévoles qui collectent des données, de l'autre côté des adhérents qui pour quelques dizaines d'euros achètent le travail gratuit des bénévoles.

    Ce n'est pas comme cela que je conçois l'entraide.

    Internet offre la possibilité de véritables échanges généalogiques non marchands. Je crois que le temps des associations généalogiques avec leurs petits commerces est passé.

    De profondis

    Michel Mériel

  • #5

    Dominique Pénisson (samedi, 02 juillet 2011 13:41)

    Message pour Françoise E.

    Je partage complètement vos idées !!! Mais je suis allé plus loin que vous puisque je suis parvenu à la consultation gratuite de relevés… et même à l’accès direct aux vues numérisées, depuis bientôt un an.

    Sur http://patrimoine-aude.pagesperso-orange.fr/tableau.html, vous écrivez :
    « Je ne sais pas faire un site sécurisé pour y mettre mes relevés et je refuse que l'on puisse piller puis commercialiser mes relevés et ceux de colistiers qui m'ont fait confiance».
    … Les internautes attendent l’accès direct… comme sur http://nomsdevendee.fr/ …

    Je vous suggère de prendre contact avec les AD11 pour qu’elles demandent aux AD85 comment elles ont procédé pour intégrer l’outil que j’ai développé, que j’ai mis en ligne et que je peux confier, comme je l’ai fait en Vendée, au Conseil Général de votre département.

    Cordialement,

    Dominique Pénisson

  • #6

    Herrou Bernard (samedi, 24 septembre 2011 15:51)

    Ma réaction à l'open data, envoyée sur les commentaires d'Open Data:
    Madame, Monsieur,
    Mettre sur un site unique les données numériques de tous les ministères n'est pas une bonne idée, il y a risque de croisement de fichiers, ce qui aboutira a une atteinte à la vie privée en infraction avec les dispositions de la Convention Europénne des droits de l'Homme et à la Déclaration Internationale des Droits des Humains.
    D'autre part les Chercheurs, Historiens et Généalogistes sont pour un accès gratuit aux archives numérisées, Bibliothèques etc. Or la présence dans le groupe « Ouverture des données publiques »,d'un dirigeant d'une société commerciale de Généalogie, est des plus inquiétant. Une pétition est d'ailleurs en cours contre les pratiques commerciales en matière de relevés d'État(civil et Religieux. Cette pétition est signée par des dizaines de milliers de personnes et de nombreux élus, Parlementaires, Conseillers Généraux, Maires, l'ont signé.
    Les Mormons (Église du Christ des Saints du Dernier Jour), ont proposé lors du Congrès National de Généalogie de Tours en Mai 2007, de numériser gratuitement l'ensemble de l'État-civil et Religieux et de le mettre gratuitement à disposition sur un site Internet unique, comme ils l'ont fait et le font dans de nombreux pays. Le Ministre de la Culture et de la Communication en poste à l'époque a refusé, alors que dans les années 1980, ils avaient eu l »autorisation de l'État de microfilmer l'ensemble de l'État-civil et Religieux de toutes les communes, a condition de remettre a chaque Archives Départementales un exemplaire de chaque bobine de microfilm.
    Il faudra nous zxpliquer pourquoi ce refus, si ce n'est que pour satisfaire les appétits de la dite société de généalogie commerciale.
    Avec mes sincères salutations
    Bernard Herrou

  • #7

    Lionel Strauss (vendredi, 30 décembre 2011 18:50)

    Bonjour,
    Généalogiste amateur, je me permets de vous proposer la pétition que j'ai initiée car elle concerne votre activité ou votre passion. Cette pétition vise à sensibiliser les présidents des conseils généraux, responsables des archives départementales, qui n'ont pas encore mis en ligne les registres ou qui font payer les services ou qui n'ont que très partiellement répondu à l'attente des généalogistes.
    Je vous invite à signer nombreux la pétition en suivant le lien suivant.
    http://www.mesopinions.com/Genealogie-NUMERIQUE-libre-et-gratuite-pour-tous-petition-petitions-285d5281b9833ef102d96e282bdd9778.html
    Je vous remercie de diffuser largement cette information.
    Cordialement.
    Lionel Strauss

  • #8

    Bernard Herrou (dimanche, 08 janvier 2012 18:40)

    Bonjour à toutes et à tous

    - Autorisation accordée à la NF.com pour transférer des documents d’archives publiques contenant des données à caractère personnel
    vers Madagascar et l’île Maurice, et diffuser ces documents sur son site internet
    Lire l’article
    http://www.archivespubliqueslibres.com/revue-de-presse/archives-en-danger/
    Avec mes amitiés
    Bernard Herrou

  • #9

    Herrou Bernard (vendredi, 19 octobre 2012 18:36)

    Bonjour à toutes et à tous,
    Suite à l'information publiée sur la news letters n° 36, concernant les sites généalogiques gratuite sur Google. Google ne vérifie pas les trnseignements mis dans son moteur de recherches:
    genealogie.com
    ancestry.com
    My-heritage.com
    lorsque vous vous connectez sur ces trois sites pour chercher un ancêtre, un acte, vous êtes invité a pqasser à la caisse.
    Avec mes amitiés
    Bernard Herrou

  • #10

    thierry BEAUDET (samedi, 05 janvier 2013 15:18)

    Bonjour à tous,
    Les généalogistes le redoutaient, la Charente s'apprête à le faire : l'état civil ancien de ce département sera mis en ligne au premier trimestre 2013 et son accès sera payant, annonce le Conseil Général. Alors que sur les 85 départements ayant mis en ligne un tel type de service, un seul est actuellement payant ( le Calvados), la Charente va donc instaurer un tarif pour la consultation à distance de certains documents.
    L’accès libre et gratuit aux archives est une traditions républicaines.
    Or, nous venons d'apprendre, après des années d'attente, que les archives de la Charente, tout au moins, l'état civil ancien, sera payant. (Nous avons bien noté que certaines archives, telles que les cartes postales anciennes, les cahiers de doléances ou les tables décennales seraient quand à eux, gratuits à la consultation).
    Par contre, les registres de l'état civil, les documents les plus lus et usités par les généalogistes, amateurs pour la plus grande partie, seront eux taxés, pénalisant ainsi les recherches, à moins bien sur de pouvoir débourser la "modique" somme de 2 € pour deux jours , de 6 € pour 7 jours, de 20 € pour 30 jours et de 200 € pour 1 an.

    Si vous le désirez, vous pouvez signer la pétition en cours, afin de protester contre cette décision:

    http://www.avaaz.org/fr/petition/La_Gratuite_de_letat_civil_de_la_Charente/?cJBsPdb

    Cette pétition est à l'initiative de M. Bruno RIVET et est destinée à M. le Président du Conseil Général de la Charente.
    Aidez-nous. Passez le mot...
    Bonne journée,
    Thierry BEAUDET.

  • #11

    Herrou Bernard (vendredi, 25 janvier 2013 11:52)

    Bonjour à toutes et à tous,
    A propos de la Newsletters n° 44, Bravo à LISA et Jean-Christophe ROUXEL pour leur numérisation de données généalogiques.
    Avec mes amitiés
    Bernard Herrou

  • #12

    Joel (mercredi, 09 avril 2014 07:30)

    Je bessoin de rechercher un village qui s'apelle Tulle o pareille. Il m'apparait dans un registre d'un ancient parent.
    Merci.

  • #13

    genealogielibre (jeudi, 10 avril 2014 16:22)

    Vous ne dites pas où vous l'avez trouvé !
    Tulle est la préfecture de la Corrèze ...

  • #14

    payrault (mardi, 03 juin 2014 04:40)

    il me semble que s’agissant de notre vie elle nous appartient qu elle soit bonne ou mauvaise c est notre vie

  • #15

    aupet (vendredi, 30 décembre 2016 15:36)

    Jesuis a la recherche depuis plusieurs années du décés avant 1921 dans le Loiret, d'un oncle de mon grand-pére.Il s'agit de Laurian J-b TALBOT né le 05-07-1881 a Nançay (18), x le27-04-1908 a Salbris avec Marie PICOU ils ont eu au moins 2 enfants(Gaston Maurice) dcd a Pithivier le 22-04-1970 et ?. Ils etaient domiciliés a Orléans entre 1910 et 1918 ?.Il n'est pas dcd a Orléans ni a Malesherbes. Merci par avance aux personnes qui auraient des renseignements.

Où va la généalogie ?

Ecrit par Claude BARIL le 17 mars 2011

 

Pour bien parler d’un sujet et le défendre correctement il faut bien le connaître ce qui est difficile même avec un sujet de nature apparemment simple comme la généalogie.

Or pour bien connaître la généalogie il faudrait en faire un état des lieux, et une recherche bibliographique sérieuse sur ce sujet s’impose.

Cela nous manque et nous ne connaissons les uns et les autres que certaines parties du sujet parfois plus que bien, mais chacun de façon parcellaire. Les uns sont à l’aise avec la pratique et l’histoire de la  généalogie, d’autres sur le droit attaché à la consultation des archives et la loi informatique et liberté, les autres par l’approche internet de la numérisation et de la mise en ligne et je suis convaincu qu’une synthèse nous manque.

 

I – Vision historique

A - Chronologiquement la pratique de la généalogie est très ancienne et va de ses origines jusqu’à la réalisation des premiers microfilms réalisés par les mormons.

A l’époque nous n’avions que des registres papiers avec les actes dans les mairies  et les gens qui faisaient de la généalogie se déplacaient dans les mairies et aux archives pour recopier à la main les actes de baptême d’état civil et ceux des notaires etc.

C’est le début des associations les plus vieilles groupés par des intérêts locaux et historiques. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir comment naît ce mouvement associatif en généalogie et comment il se structure, comment les associations se fédérent etc … Quelle est la construction de ce monde de la généalogie ?

A l’époque pour ne trouver qu’un seul élément il faut écrire, poster la lettre, attendre une réponse qui ne vient pas, relancer etc etc. En gros la galère !

J’ai de cette période sur un seul patronyme un exemple d’une étude généalogique qui tient en tout simplement en 200 pages manuscrites … A ce jour je n’en ai vu que deux et leurs auteurs auraient plus de 90 ans aujourd’hui.

C’est aussi l’époque où certaines familles nobles ont des papiers de famille depuis longtemps et ce sont souvent les seuls qui revendiquent des ascendances et les seuls qui font de la généalogie. Pour les autres établir une généalogie est difficile et les généalogistes amateurs ne sont alors pas légion.

B – Puis les mormons se proposent de numériser sur microfilms les registres et certains départements donnent leur accord.

Il n’y pas encore les lois sur la décentralisation de l’état et tous les départements sont logés à la même enseigne. C’est le début de l’essor de la généalogie car les consultations sont plus simples et les associations peuvent dépouiller à grande échelle et faire des relevés.

On adhère alors à une association pour bénéficier des relevés de ses membres, et d’une aide dans ses recherches. Les associations se « portent » bien.    

C – L’apparition de la bureautique et d’internet.

Pour l’industrie et les cadres qui commencent à pratiquer la bureautique nous sommes vers les années 1980. Avant, l’informatique est du seul ressort des informaticiens dont c’est le métier qui gérent la paye, le fichier client, le fichier article etc.

Quelques outils : tableurs et gestionnaires de bases de données vont bien aider les généalogistes qui veulent prendre le virage de l’informatique.

Mais le vrai virage sera l’apparition d’internet et là tout change. On peut faire de la généalogie plus vite s’échanger des données, des fichiers, des images d’actes.

Et surtout et là c’est plus ennuyeux on peut commencer à se passer des associations … !

Alors une « parade » se fait jour avec les actes et relevés des associations mis en ligne et accessibles avec différents systémes payants ici et là, systèmes d’échange de points, bref la « généalogie marchandise » est en train de s’installer dans un flou total que les généalogistes découvrent au hasard de leurs recherches. Aucune transparence et pour cause …

Comme d’autres j’aimerais savoir dans le détail comment tout cela s’est installé, modifié et adapté.

Là encore l’historique de ce qui se passe et s’organise s’impose.

Mais ce n’est pas tout.

 

II – La dimension juridique du sujet.

Pendant ce temps le législateur modifie les lois  d’accès aux données et la encore il serait intéressant de rapprocher les dates des décrets d’application des lois et l’apparition des organismes marchands qui j’en suis sûr suivent eux de près les évolutions pour savoir comment ils vont pouvoir tirer partie de tout cela sur un plan commercial.

Il est tout de même bizarre qu’au moment où c’est la fièvre dans le monde de la généalogie, le législateur autorise la consultation de l’état civil au bout de 75 ans au lieu des 100 ans ?!!!

Ce n’est pas forcément un mal bien au contraire mais avouez que si l’on ne sait pas démarrer sa généalogie avant 75 ans c’est bien mal parti … sauf pour un enfant de l’âge du primaire qui a aujourd’hui du mal à imaginer qui étaient ses arrière grands parents.

A une époque on nous disait que la règle des 100 ans c’était pour protéger la vie privée des gens alors que l’espérance de vie était plus faible qu’aujourd’hui, et bizarrement on vit plus vieux mais maintenant on peut consulter plus tôt ?

Ou je fais semblant de ne rien comprendre, ou alors est-ce que la protection de la vie privée n’a plus de sens ? Pour certains j’en suis convaincu surtout si on peut rajouter 25 ans d’état civil supplémentaire « commercialisable » !

 

III – Choix de société et gestion des Archives

Nous avons le choix de considérer et de comprendre que l’accès à certaines données doit être payant. Tout dépend bien entendu de la nature de ces données à savoir si elles sont brutes ou si elles ont fait l’objet d’un traitement et d’une présentation réalisée par des personnes que l’on doit bien entendu rémunérer alors pour ce travail.

Pour moi c’est simple toute donnée brute telle qu’elle peut être consultée librement et gratuitement aux archives doit rester en accès libre et gratuit pour tout le monde. C’est un choix de société et ce qui est public doit rester public. Pourquoi devrait-on privatiser en quelque sorte l’accès à des données « brutes » ?

Le choix de tout marchandiser et de nous réclamer de payer pour consulter ce qui est notre propriété collective me semble très curieux. En plus il ne se justifie pas du tout économiquement.

C’est là-dessus qu’il faut dire haut et fort que ce choix de nous faire payer un accès est sans fondement économique et sociétal. Pas d’octroi ! Pour accéder aux documents fussent ils numérisés et accessibles en ligne. Et en plus cette vision n’est pas utopique.

Elle est bien réaliste puisque plus de 50 départements sont parvenus à le faire.

Ce choix est un choix sociétal, voulons-nous d’une société où tout pourrait se marchandiser jusqu’à notre mémoire à travers ces papiers signés par nos ancêtres. 

Il faut alerter et alerter encore tous ceux qui sont encore assez censés pour leur faire comprendre que notre mémoire et notre culture de l’écrit n’a pas à être bradée au plus offrant.

Vais-je devoir payer pour en finir (jamais) avec ma généalogie et l’histoire de mes ancêtres ? Voila pourquoi un travail d’état des lieux, de bibliographie et de synthèse s’impose à nous dans un travail long et difficile.

 

Comment pouvons-nous contribuer à faire « ce livre blanc de la généalogie » ?

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    jaeger (samedi, 26 novembre 2011 22:44)

    je partage votre idee que la genealogie doit
    etre accessible gratuitement.
    j'ai passé 40 ans à rechercher mes racines
    et j'ai composé ce site pour partager mes
    decouvertes. ( site partenaire )
    http://j2.jaeger.pagesperso-orange.fr/